24 janvier 2017

#MaDalleAngevine par Georges ORY

#MaDalleAngevine par Georges ORY. Objectif Jeux Olympiques 2020 pour le boxeur angevin, qui garde ces prochaines olympiades russes comme moteur sur le long terme. A 25 ans, celui que l’on surnomme « Tino » vient aussi d’entamer sa préparation pour la finale des championnats de France Poids Coqs qui aura lieu en fin de saison. A son tour de partager sa Dalle Angevine !

Crédit photos : Flash’Line et Angers Boxing Club

1- Quelle est ta définition de #LaDalleAngevine ?
La Dalle Angevine, c’est cette envie de gagner qu’ont tous les sportifs et sportives de la ville.

2- Ton meilleur moment de Dalle en tant que sportif ?
Je ne peux pas en citer un en particulier car à chaque combat j’ai la même Dalle. Même s’il est vrai que parfois, dans certains combats, quand les qualités pugilistiques ne suffisent pas à faire la différence, il faut avoir plus faim que son adversaire…

3- Ton meilleur moment de Dalle en tant que spectateur ?
C’était il n’y a pas très longtemps, cet été pendant la finale de l’Euro de foot entre la France et le Portugal. Il y a eu la défaite au bout pour les Bleus, mais une finale c’est toujours un événement et j’ai souvenir d’un bon moment passé en famille.

4- A quelle autre team angevine vas-tu transmettre ta Dalle comme supporter ?

Le SCO d’Angers, car j’adore le foot. Je vais assez rarement au stade Jean Bouin mais je suis de près l’équipe et ses résultats.

5- Le plus gros Dalleux dans ton club ?

C’est mon entraîneur à l’Angers Boxing Club, Patric Bahamed-Atlhan. Il me coache depuis que j’ai 15 ans, on est en confiance. Il a aussi faim de victoires que moi et que ce soit aux entraînements ou lors des combats, il me pousse dans mes derniers retranchements.

6- Ton rituel pour avoir la Dalle avant la compétition ?
J’aime passer un petit peu de temps avec ma famille juste avant le combat.

7- La chanson qui te met la Dalle ?
« Yo te quiero » de Tony Patrac. Cette musique me surmotive !

8- Lequel de tes adversaires rivalise avec notre Dalle Angevine ?
Pour moi, aucun de mes adversaires ne rivalise avec La Dalle Angevine.

9- Un moment difficile dans ta carrière où il a fallu garder la Dalle ?
Quand je n’ai pas été sélectionné pour les Jeux Olympiques de 2012 à Londres. Dans des circonstances dures à accepter car on m’a clairement volé ma victoire. C’était une épreuve, un coup d’arrêt qui finalement m’a rendu plus fort pour la suite.

10- Le lieu à Angers qui représente le plus #LaDalleAngevine ?
La salle de boxe où je m’entraîne, à la Madeleine. C’est le lieu qui symbolise pour moi cette Dalle Angevine.

11- Et quand tu as une grosse Dalle, tu manges quoi ?
Une bonne tartiflette ! Même si mon régime alimentaire ne me le permet pas trop car je dois rester sous la barre des 53kg 525 pour la compétition.

g3

Tino et son entraineur, Patric Bahamed-Atlhan


>> Retrouvez ici tous les derniers articles de la rubrique #MaDalleAngevine…

Petit format Article
 

articles

recommandés

Angers présente sa Team Angers Sport

Découvrez le calendrier 2020 de La Dalle Angevine

Une soirée en l’honneur des Lauréats 2019 de La Dalle Angevine