24 janvier 2019

Un handiguide pour trouver son club

#Découverte. Comment savoir quels clubs sportifs dans le département sont engagés dans une démarche d’accueil des personnes en situation de handicap? La réponse se trouve sur la plateforme du Handiguide des sports, qui recense aujourd’hui une centaine de clubs dans le Maine-et-Loire, dont le Ketsugo Angers Judo

Par Charles DUBRÉ-BEDUNEAU
Photos: Franck POTVIN

Clément, 16 ans, n’est jamais aussi heureux que lorsqu’il enfile son kimono et retrouve ses deux frères et ses partenaires d’entraînement plusieurs fois par semaine au dojo du gymnase de Belle-Beille. « Que ce soit la motricité, l’élocution, les relations avec les autres… le judo l’aide énormément dans son quotidien. C’est un sport dans lequel il s’épanouit vraiment« , confie son père, au bord du tatami. Clément, Adeline (30 ans), Julien (26 ans) et Florian (14 ans) sont les quatre personnes en situation de handicap (mental) actuellement licenciées au Ketsugo Angers Judo (130 licenciés). « Ils participent aux séances d’entraînement comme tout le monde et sont tous très bien intégrés au club. On fait quand même un peu plus attention à eux, surtout avec Adeline car elle est aussi partiellement hémiplégique. Mais l’adaptation s’est faite vraiment naturellement. Le fait d’évoluer au milieu de valides leur fait oublier leur handicap et les aide à prendre confiance en eux », explique Lucie Rinck, professeur au club avec son mari Denis. Le couple, sensibilisé au handicap depuis longtemps dans le cadre professionnel, a impulsé il y a déjà plusieurs années l’accueil du public handicapé au sein du club.

110 clubs ouvrent leurs portes au handicap dans le Maine-et-Loire

Le Ketsugo Angers Judo est l’un des quelque 110 clubs du département référencés dans le Handiguide des sports, une plateforme en ligne créée en 2006 mais relancée l’an dernier et qui a pour objectif de faciliter l’accès aux clubs sportifs des personnes en situation de handicap. « Le but est de permettre aux personnes en situation de handicap qui souhaitent pratiquer un sport de savoir, de manière simple, rapide et concrète (notamment grâce à une carte interactive), quels clubs peuvent les accueillir à proximité de chez elles. Tous les clubs référencés sont des clubs qui s’engagent à faire des efforts pour intégrer, dans la mesure du possible, non seulement un mais souvent plusieurs types de déficiences », indique Geoffroy Tijou, conseiller d’animation sportive à la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS).

Au judo, le respect avant tout

Dans le Handiguide, le judo arrive en tête parmi les clubs les plus représentés. Et pour Lucie Rinck, ce n’est pas un hasard. « Une des valeurs essentielles au judo, et qui est inculquée dès le premier cours, est le respect de l’autre. Petit, grand, fille, garçon, en situation de handicap, valide… Tout le monde à sa place sur un tatami. On rigole beaucoup avec Clément, Adeline, Julien et Florian. Le handicap mental peut parfois faire peur mais une fois qu’on a dépassé l’appréhension de départ, il suffit de se comporter normalement et tout se passe très bien. » 

Pour Clément, cela se passe tellement bien qu’il a été sacré champion de France cadet en 2018. Une vraie fierté pour le jeune homme, qui ne sait ni lire ni écrire. Son prochain objectif est de décrocher la mythique ceinture noire, comme son frère aîné. En attendant, l’apprenti paysagiste a trouvé sur les tatamis du Ketsugo Angers Judo un accueil à la hauteur de sa passion et de ses besoins.

Petit format Article
 

articles

recommandés

« Le Norseman, j’en rêve depuis sept ans »

3e édition de « J’aime mon sport » ce jeudi 20 juin

« Toujours déstabiliser l’athlète dans sa préparation »