17 avril 2019

1919-2019, le SCO fête ses 100 ans

#Événement. Cette année, l’une des entités sportives majeures de notre ville s’apprête à vivre un événement festif. Les mordus de l’actualité sportive angevine ont bien-sûr compris à qui nous faisons référence… Le Sporting Club de l’Ouest fête ses 100 ans ! L’occasion de se remémorer quelques souvenirs l’histoire sportive Scoïste, avec vous.

Par Thomas CHARRIER

De 1919 à 2019. En 100 ans d’existence, le Sporting Club de l’Ouest (SCO) a bien évolué. Aujourd’hui, l’évocation du SCO dans le paysage sportif angevin fait presque systématiquement écho à son club de football… Mais il est loin d’être le seul à porter cette appellation et à porter haut ces trois lettres.

Dix sections regroupées sous la bannière « SCO Omnisports »

Le Sporting Club de l’Ouest voit le jour en décembre 1919. Au départ, le SCO recouvre uniquement le club de football de la ville. Mais rapidement, il devient « SCO Omnisports », notamment grâce à la création d’autres sections de sports individuels ou collectifs.

À l’heure actuelle, ce ne sont pas moins de dix disciplines qui sont regroupées sous la bannière « SCO Omnisports ». Par ordre d’affiliation, on y retrouve l’escrime, le rugby, l’athlétisme, le hockey sur gazon, mais aussi le volley-ball, le foot US… Et quelques disciplines originales et intéressantes à découvrir, comme la nage avec palmes, le foot de table (baby-foot), le kin-ball et plus récemment le subbuteo.

Le club de football d’Angers SCO, qui lui aussi fêtera ses 100 ans cette année, n’en fait plus partie. Au même titre que la section handball, qui doit sa nouvelle appellation : « Angers SCO Handball », au rachat du club par son homologue footballistique.

Daniel Bourcier se souvient du duo Jean-Marc Guillou/Marc Berdoll

Le SCO recouvre donc 100 années de souvenirs et d’anecdotes toutes plus croustillantes les unes que les autres. Daniel Bourcier, actuel président d’Angers Athlé – résultat de la fusion entre le SCO Athlétisme et Angers AC – se remémore quelques matches à Jean Bouin, avec son père. Pour lui, « le SCO est d’abord lié à son stade, Jean Bouin, puis Raymond Kopa aujourd’hui. À l’époque, les matches se jouaient le dimanche et des joueurs comme Jean-Marc Guillou et Marc Berdoll m’ont marqué. Le premier était le technicien, le second était un peu fou sur le terrain, il marquait des buts ».

Au-delà de leurs exploits sportifs, Daniel Bourcier, instituteur à Angers, apprécie grandement « la disponibilité, l’accessibilité des sportifs. J’ai croisé Jean-Marc Guillou à Saint-Léger-des-Bois, lors l’inauguration du stade qui porte son nom. » Il se souvient aussi avoir côtoyé Raymond Kopa « dans le cadre de la création du club d’athlétisme Angers ACRaymond Kopa venait aux assemblées générales et a soutenu la création du club, dans lequel sa fille était licenciée. Nous avons eu quelques discussions, notamment à propos du Real Madrid », se rappelle-t-il, avec le sourire.

Petit format Article
 

articles

recommandés

« La pole dance est un sport à part entière »

« Le Norseman, j’en rêve depuis sept ans »

3e édition de « J’aime mon sport » ce jeudi 20 juin