20 janvier 2020

#MaDalleAngevine par Alexandra Aubry

1- Quelle est ta définition de #LaDalleAngevine ?

Pour moi la Dalle Angevine c’est d’abord une grande famille où tous les membres se soutiennent. On a tous eu un jour des difficultés à surmonter et faire partie de la Dalle Angevine, c’est repartir plus fortes grâces aux encouragements des autres. Mais la Dalle Angevine, c’est aussi une façon de penser : ne jamais renoncer quelle que soit la situation ! On se battra, jusqu’au bout, on donnera tout ce qu’on a pour faire la meilleure performance. C’est ça notre fierté.

2- Ton meilleur moment de Dalle en tant que sportive ?

C’était lors des Championnats de France Junior FFA à Châteauroux en 2016. Je n’étais que junior 1 et mes derniers championnats à Albi n’étaient pas très réussis. J’étais seulement 12ème au bilan avec très peu de chance de médailles. Le premier jour, je fais mon record (12m15) et je me qualifie pour le second jour. Finalement, si je me disais que si je me ratais, je finirai 12ème, place à laquelle j’étais qualifiée, alors je n’avais pas de stress et rien à perdre. Finalement, je fini 2ème française avec une performance à 12m80 ! A ce moment-là, j’ai eu du mal à me rendre compte de ce que j’avais fait, je n’avais rien lâché et j’ai battu la 3ème à 1cm près.

3- Ton meilleur moment de Dalle en tant que spectatrice ?

Mon meilleur moment en tant que spectatrice, c’était le Décantation à Angers en 2017. J’ai rencontré pleins d’athlètes, de disciplines et nationalités différentes, mais aussi des coachs. J’ai notamment pu discuter avec le coach de Mélina Robert-Michon et c’était enrichissant. Puis ça fait de très bons souvenirs.

4- À quelle autre team angevine vas-tu transmettre ta Dalle comme supportrice ?

Je pense que si j’ai le temps et l’opportunité j’aimerai bien aller supporter les Ducs d’Angers. J’ai déjà assisté à un match de hockey et j’ai trouvé ça super impressionnant ! Et j’ai aussi adoré l’ambiance.

5- La plus grande Dalleuse dans ton club ?

Amandine Brossier, évidemment ! Ce que j’apprécie chez elle, c’est qu’elle est simple et n’hésite pas à aider en cas de besoin.

6- Ton rituel pour avoir la Dalle avant la compétition ?

Je ne sais pas si on peut considérer ça comme un rituel, mais après chaque échauffement, avant de rentrer en chambre d’appel ou sur l’aire de lancer, mon coach me fait toujours son « petit check » en disant « aller là ! balance ce truc ». Mine de rien, ça me motive à leur montrer que je ne suis pas là pour jouer, mais pour gagner.

7- La chanson qui te met la Dalle ?

Chanson incontournable pour moi : « Freaks » de Timmy Trumpet, ça me donne la pêche et puis je suis montée sur mon premier podium sur cette musique.

8- Un moment difficile dans ta carrière où il a fallu garder la Dalle ?

Quand je suis arrivée sur Angers, il y a 4 ans, je me suis blessée au bout d’un mois. Un lumbago qui à duré 3 mois. C’était 3 mois compliqués avec des rendez vous chez différents médecins pour essayer de trouver les causes à mes problèmes de dos, des rendez vous au kiné plusieurs fois par semaines, un quotidien assez dur avec des médicaments fatiguants. Je ne pensais pas que j’arriverai à aller aux Frances Junior et encore moins faire une médaille avec une telle préparation, et pourtant…j’ai gardé ma Dalle de vaincre.

9- Le lieu à Angers qui représente le plus #LaDalleAngevine ?

Le stade du Lac de Maine, parce qu’il y a pleins d’activités différentes, pleins de personnes à rencontrer et il y a une aire de lancer de poids !

10- Et quand tu as une grosse Dalle, tu manges quoi ?

Raclette avec la team lancer! Et tartiflette parfois mais c’est plus long à cuisiner…

Petit format Article
 

articles

recommandés

Une passion infinie pour Angers SCO

Le match le plus long

Florian Hardy : « J’ai besoin d’être dans ma bulle »