20 janvier 2020

SCO Rugby : une vraie victoire de Dalleux !

#LeMatchDuWE. Face à un concurrent direct pour le maintien, le SCO Rugby a su trouver les ressources nécessaires pour renverser la partie et s’adjuger une victoire déterminante sur le plan comptable mais surtout dans les têtes !

Par Anatole Jouet

Photos : Anatole Jouet / Théo Bariller-Krine

Dans une rencontre où fans et curieux s’étaient rassemblés, conscients de l’enjeu de ce duel de bas de classement de Fédérale 3, Angers a porté fièrement ses couleurs. La première période est pourtant marquée par une domination territoriale du pays d’Auray et par un manque de réussite au pied dans les deux camps. Et les visiteurs, à force d’insister et aidés par la maladresse des Angevins, inscrivent le premier essai du match après une longue séquence. Le pays d’Auray sent qu’il a l’occasion de distancer son adversaire du jour au classement et prend confiance, suffisamment pour inscrire un deuxième essai. Coté SCO, toujours rien : 0-12.

Mais Angers, galvanisé par sa cohésion après chaque point encaissé et le discours offensif de coach Basauri à la mi-temps, prend le contrôle du jeu au retour des vestiaires. Plus d’impact dans les duels, d’ambition avec des pénalités jouées vite, de rythme, avec des sautées qui cassent les rideaux défensifs : le SCO accentue la pression dans les 22 adverses. Un essai en force rappelle que tout est possible. Les Bretons reculent, et Angers récidive : 12 partout ! Le public pousse les joueurs, les remplaçants s’impliquent dans les choix tactiques de ces dernières minutes : c’est le tournant. Les Morbihannais reprennent le jeu à leur compte et s’approchent dangereusement de la ligne d’en-but angevine… mais une interception angevine libère le public, et permet d’aplatir le ballon ovale entre les perches adverses ! Le pays d’Auray ne reviendra pas, de 0-12 à 19-12 Angers s’impose avec la Dalle et se relance en championnat !

Petit format Article
 

articles

recommandés

Une passion infinie pour Angers SCO

Le match le plus long

Florian Hardy : « J’ai besoin d’être dans ma bulle »