19 février 2020

« L’aviron, ce n’est pas simplement une question de force physique »

#Découverte. Angers Nautique Aviron (ANA) est l’une des associations sportives les plus anciennes de la Ville d’Angers. Le club d’aviron angevin figure depuis trois ans parmi les dix premiers clubs français d’aviron mettant en avant la qualité de la formation. Récit d’un mercredi après-midi sur les bords de la Maine. 

Par Thomas Moreau

Crédit Photo : Théo Bariller-Krine

Fondée en 1893, l’association sportive Angers Nautique Aviron est à l’origine une association affiliée au cercle de la voile d’Angers. Les deux clubs ne formaient qu’un et naviguaient dans les eaux de Bouchemaine. C’est vers la fin du XIXème siècle, que les deux clubs se sont séparés afin de pratiquer leurs propres activités. Aujourd’hui, l’ANA, située sur les bords de Maine, compte 400 adhérents à l’année, 3 entraineurs salariés ainsi qu’un nombre de bénévoles extrêmement importants. Le club accueille également durant l’année, près de 1 000 pratiquants non licenciés comprenant les élèves d’établissements scolaires, les stages d’été, les centres de loisirs, les maisons de quartier ou encore les sessions découvertes proposées aux adultes et aux plus jeunes. L’association présente également un panel d’activité large avec des séminaires pour entreprises avec des locaux spacieux et une vue unique sur la Maine.

Des mercredis après-midi bien chargés

Les mercredis après-midi, comme dans beaucoup de structure sportive, sont consacrés aux jeunes du club. Ces mercredis sont répartis en deux temps : tout d’abord il y a l’école d’aviron des -14 ans, qui sont sensibilisés à une séance d’aviron par semaine et pouvant aller jusqu’à trois séances pour les plus de 14 ans. Dans un second temps, un groupe séparé en deux avec d’un côté l’association sportive de trois établissements scolaires (Joachim du Bellay, David d’Angers ainsi que Jean Moulin). Puis la section compétition avec les -16 ans, les juniors et les seniors préparant les compétitions. Sur un mercredi, il y a donc une centaine de pratiquants s’étalant de 9 ans jusqu’à 65 ans. Concernant les compétitions, elles sont moindres que dans certains sports collectifs, puisqu’il y en a qu’une fois par mois. Ce peu de compétition permet donc aux rameurs de se perfectionner et de progresser pour le printemps qui représente une saison forte pour le club.

Un travail complet, adapté à tous

« Les gens se font l’idée que l’aviron est un sport ultra féroce physiquement alors qu’on est assis, comme sur un vélo. Si on veut se balader, on rame tranquillement, tout simplement. » sont les mots de Julien Larmignat, entraineur à l’ANA depuis 1997. La preuve en est, le rameur le plus vieux est âgé de 77 ans. La seule et unique qualité à avoir pour pratiquer l’aviron est le savoir nager. Si l’on parle de compétition, être grand est forcément un atout puisqu’il s’agit d’un sport d’amplitude pour favoriser l’efficacité. En endurance-résistance, le mental est également très important pour ce sport d’endurance, pour répéter les coups. En cas de souhait de s’essayer à l’aviron, Julien précise « qu’il ne faut pas hésiter à venir passer les portes d’un club convivial avec des encadrants dédiés à la progression de chacun et de chacune, tout le monde peut y trouver sa place. Aujourd’hui tout est fait pour accueillir, quel que soit le niveau de pratique, les envies, les jeunes et les moins jeunes. »

Plus d’informations sur la pratique de l’Aviron ici

Petit format Article
 

articles

recommandés

La bonne vague du Kayak à Angers

Une « clean walk » pour nettoyer les bords de Maine

39 maillots pour les rugbywomen de Mermoz