10 février 2021

Vanina Paoletti, kayakiste aux grandes ambitions

#MadeInAngers. Cet été, nous mettions en lumière la bonne vague du kayak à Angers. Une dynamique propulsée notamment par nos deux Lauréats, Jean Havet et Titouan Le Meignen. Mais depuis quelques jours, une recrue féminine est venue renforcer la Team ESACK. Vanina Paoletti, kayakiste aux grandes ambitions, arrive à Angers avec La Dalle et les Jeux Olympiques en ligne de mire. Portrait.

Par Théo BARILLER-KRINE

Un ciel gris et une pluie fine nous accueille au PAVOA, le camp de base du canoë kayak à Angers. Malgré les conditions hivernales, la motivation des licenciés est intacte ce mercredi. Parmi ces courageux kayakistes présents, un nouveau visage. Celui de Vanina Paoletti, 23 ans.

Le kayak, bien plus qu’une passion : son ADN 

À seulement 23 ans, Vanina possède déjà un beau palmarès. Meilleure kayakiste sur 200m lors de l’Open de France en juillet, puis meilleure tricolore lors de l’étape de Coupe du monde à Szeged (Hongrie) en septembre, elle est logiquement devenue une sérieuse prétendante à un ticket pour les prochaines échéances olympiques.

À l’origine de cette carrière, sa famille. Un papa éducateur sportif en kayak, une maman médecin, deux grandes soeurs anciennes membres de l’Équipe de France… « Je ne savais pas encore marcher, que j’étais déjà sur l’eau. » déclare la nouvelle Dalleuse. Vanina et le kayak, c’était une évidence.

Un double projet réussi, au rythme intense durant le premier confinement 

Calme, posée, c’est avant tout sur l’eau que Vanina s’exprime le plus. Mais en dehors, c’est aussi une réussite : « Le premier confinement a été intense. En formation pour devenir podologue, je devais faire ma dernière année d’étude en deux ans, mais j’ai eu le droit à une dérogation. Mais j’avais envie de réussir cela au plus vite, et d’être détachée à 100% de mon projet scolaire. J’ai eu la chance d’être soutenue financièrement par mes parents pendant cette période. »

« La fer de lance du kayak féminin à Angers »

Dans le Maine-et-Loire, la nouvelle Dalleuse a trouvé son équilibre. Sa relation avec notre lauréat Titouan Le Meignen a largement contribué à sa signature. Mais à Angers, Vanina a aussi trouvé un club qui lui a tendu la main. Le président du club, Jean-Pierre Nauleau, a très vite perçu l’impact que pouvait avoir l’arrivée de Vanina, sur la dynamique du kayak angevin : « Dans un sport orienté plutôt garçon, Vanina sera la fer de lance du kayak féminin. Elle va avoir un rôle important, pour l’image qu’elle va donner. Les jeunes auront un exemple. Les jeunes vont largement apprécier les heures de navigation avec elle. Notre club est à un tournant, par rapport à Paris 2024. L’arrivée de Vanina vient conforter nos objectifs. » À Angers, tout comme au Pôle France Vaires-Sur-Marne, un bateau l’attend. Mais aussi, un équipage. Un K2, voire même un K4, est possible avec ses coéquipières Anäelle Gratton, mais aussi Pauline Freslon à Bouchemaine. Un vrai projet en bi-place au haut-niveau français, avec la Team ESACK.

Angers, sa terre d’adoption

Depuis le début de l’année 2021, Vanina est donc officiellement licenciée à l’ESACK (Entente Sportive des 3 clubs : Angers, Écouflant, Bouchemaine). Elle y retrouve Titouan Le Meignen, lauréat 2020 de notre association, son coéquipier sur le lac mais aussi dans la vie. Pour le club, ce changement est bien plus qu’un recrutement : « c’est une adoption » comme le précise Jean-Pierre Nauleau, président du club angevin : « Le club a toujours eu comme espoir, de pouvoir emmener les jeunes le plus haut possible. Après avoir fréquenté le Lac de Maine à plusieurs reprises, pour des stages ou des entraînements, on s’est projeté avec elle. De fil en aiguille, l’idée d’une adoption est venue. Vanina nous a expliqué son projet. Nos deux visions collaient bien. Et la voici désormais licenciée ESACK, membre du CKCA. » Benoit Bayeux et lui même ont donc saisi l’opportunité, avec en ligne de mire, la possibilité de vivre un rendez-vous olympique.

Petit format Article
 

articles

recommandés

Sébastien Marpeau : retour aux sources chez les Hawks

Corentin Daudin, le graphiste garde le smile

La communauté scoïste se mobilise pour remercier Stéphane Moulin