3 mars 2021

Julien Congnard, la tête dans le guidon

#MadeInAngers. Après une saison de cyclo-cross écourtée à cause de la pandémie, le coureur d’Angers Métropole Cyclisme 49 est plus motivé que jamais pour montrer ses qualités lors des épreuves sur route. À 24 ans, l’ancien VVTiste s’est assagi mais en a encore sous la pédale. 

Par Charles DUBRÉ-BEDUNEAU
Photos: Coralie BERTRAND, Quentin BENION

Si 2020 a été une année difficile pour beaucoup d’athlètes, certains ont malgré tout réussi à tirer profit de la situation. « Début 2020 je sentais que j’étais un peu démotivé. J’ai profité du premier confinement pour faire un peu le point. J’ai repris progressivement des séances de fitness, j’ai perdu du poids et finalement à la fin du  confinement j’étais bien remotivé, prêt à reprendre le chemin des courses », raconte Julien Congnard.

Le VTT comme école de la vie
Le vélo, c’est une histoire de famille chez les Congnard. Originaire de Durtal, dans le nord-est département, Julien dispute ses premières compétitions en VTT dès l’âge de 6 ans, encouragé par son père, qui était aussi coach du club local. « Depuis que je suis petit je vais rouler en forêt de Chambiers, à côté de chez moi, par tous les temps. J’ai toujours aimé les chemins de terre, les bosses, les dénivelés… J’ai disputé le Trophée régional des jeunes VVTistes jusqu’à 15 ans, avant de passer sur la route. Mon cousin m’a conseillé d’essayer le cyclo-cross et à ma première course j’ai terminé 2e sans entraînement donc ça m’a donné envie de continuer. » 

Grâce à ses nombreuses années de VTT, Julien trouve vite ses marques dans cette discipline exigeante d’automne et d’hiver. « Le cyclo demande un effort assez violent au départ et beaucoup de cardio car il y a des escaliers, des planches à franchir… à certains moments on doit descendre du vélo et courir mais il faut arriver à rester lucide… C’est un effort très spécial. » 

Un tempérament à canaliser sur route
Après de belles performances en catégorie junior (22e national en deuxième année) et espoir, ses efforts sont récompensés par un titre de vice-champion régional, à Pouancé il y a trois ans. « C’était une belle course. Mon cousin Adrien Leboucher a gagné et j’ai devancé le coureur professionnel Simon Sellier. » Sentant qu’il avait besoin de plus d’accompagnement, notamment sur la route, le cycliste rejoint Angers Métropole Cyclisme 49 à l’automne 2019. « Je n’ai jamais été un coureur très assidu et discipliné, reconnaît-il volontiers. Je viens du VTT, j’ai un tempérament un peu fou fou, il faut que je saute partout… il m’est arrivé de me prendre quelques arbres dans des descentes de cyclo ! Grâce à Yannick Mareau je suis maintenant plus assidu sur route. J’ai obtenu quelques bons résultats mais j’ai envie de me prouver et de démontrer que ce n’était pas juste de la chance. » 

Des fourmis dans les jambes
En attendant, Julien Congnard aime aussi rouler en gravel, une pratique de plus en plus populaire et dont Angers accueillera le festival en juin prochain. « C’est très ludique, proche de l’esprit VTT: cool, sans prise de tête », apprécie le jeune maçon. Frustré après une saison de cyclo raccourcie par la pandémie (seulement quatre courses), il a, comme ses coéquipiers, des fourmis dans les jambes et n’espère qu’une seule chose: que les courses sur route prévues au printemps puis cet été seront maintenues pour retrouver son coup de pédale.

Petit format Article
 

articles

recommandés

Georges Ory réussit son retour sur le ring de Jean Bouin

Les fresques connectées de Vincent Godard

Le Défi 24h de retour à l’étang Saint-Nicolas