19 mai 2021

Lettre à Stéphane Moulin

#Événement. Vendredi 26 mars, au cours d’une conférence de presse, Stéphane Moulin a annoncé la fin de son aventure avec le SCO à la fin de la saison. Son départ, couplé à celui de son staff, entrainera la fin d’une ère pour le club. Coach Moulin laissera une empreinte indélébile sur le SCO et le sport angevin.

« Je ne serai plus l’entraîneur d’Angers SCO à la fin de la saison ». C’est une phrase que les supporters et connaisseurs du club ne s’attendaient pas à lire. Pas maintenant. Pourtant, cette phrase est abondamment revenue dans les médias ces derniers jours. Sa dixième saison sur le banc angevin sera la dernière.

Humble chef d’orchestre

Il y a des figures dont le nom reste lié à un club. Stéphane Moulin est de celles-ci. Pour mesurer son empreinte sur Angers, dites-vous qu’une génération de jeunes supporters du SCO n’associe qu’un nom au poste d’entraineur de leur équipe favorite. En ces temps où le football est un spectacle difficile à s’offrir – même depuis son canapé – où les histoires extra-sportives de ses acteurs font presque autant parler que le jeu, où l’appât du gain écorche l’amour du maillot, les entraineurs sont souvent invités à danser la valse. Lui est resté dix ans au même endroit.

Il est reconnu sur le plan sportif en tant que coach et apprécié en tant qu’homme, pour ses valeurs. Toujours les mêmes. Son pragmatisme au moment d’analyser les performances de son équipe. Son humilité lorsqu’il parle des siennes. Le ton posé, parfois enroué lorsque les stades étaient encore visités, régulièrement habillé d’un petit sourire maitrisé. Sa fidélité aussi, à son groupe et à son staff, qui le lui rend bien – trois de ses adjoints quitteront le club avec lui. Il n’en faut pas plus pour comprendre que Stéphane Moulin est un homme de projet, prônant la stabilité dans l’optique d’atteindre ses objectifs, définis selon une stratégie clairement identifiée. En avançant étape par étape.

Sa prise de parole ce jour-là est le reflet d’un homme ayant le souci du détail. Jusqu’à maitriser le temps. Ses mots sont choisis et figés sur une feuille posée derrière les micros. Malgré la surprise, il l’assure : c’est sa décision. « Mon devoir est d’anticiper pour respecter le club, et il m’apparaissait judicieux d’en informer les dirigeants dès maintenant. Je pense qu’aujourd’hui est le bon moment pour l’annoncer car les joueurs vont partir trois jours au repos, moi aussi. On se retrouvera mardi avec une envie forte de bien terminer la saison ». Voilà qui résume parfaitement l’homme.

Des émotions inoubliables grâce à la dalle angevine

Le soir du dernier match de championnat 2020-2021, il s’assiéra pour la 416e fois sur le banc de l’équipe première d’Angers SCO lors d’un match officiel. Ce qui fait de lui, l’entraineur en activité le plus capé à la tête d’un seul club, parmi les cinq grands championnats européens. Un match face aux Lillois qui fera date, dans sa tête et dans celle de tous les amoureux du club. Il trouvera sa place aux côtés de beaucoup d’autres… Car oui, derrière cette volonté farouche de stabiliser le club et gravir les marches une à une, se cache une ambition révélée par quelques coups d’éclat. Comme cette épopée pour la centième édition de la Coupe de France en 2017, durant laquelle Coach Moulin et ses joueurs offrent un rêve aux supporters – comme le titrait le journal L’Equipe le lendemain de la demi-finale remportée face à Guingamp. À l’arrivée, la médaille n’est pas celle espérée mais la fierté d’avoir disputer une finale au Stade de France elle, est bien réelle. Comme celle d’avoir rassemblé les Angevins autour de son SCO.

Des scènes de liesse, il y en a eu d’autres. Deux ans plus tôt, dans son antre, il fait chavirer tout un peuple en hissant son équipe en première division. Construite depuis sa promotion en 2011 après avoir dirigé l’équipe réserve pendant six ans, cette montée vient couronner une étape importante de ses ambitions pour le club. Et il a fallu se battre jusqu’à la dernière journée du championnat de Ligue 2. C’est aussi ce qui fait sa marque de fabrique. Garant d’un état d’esprit, #LaDalleAngevine nait sous ses ordres, à l’aube de sa deuxième saison en L2 et une énième victoire dans le temps additionnel. Il n’a jamais dérogé à sa philosophie, avec une envie débordante de faire avancer son club de cœur. Il vient d’achever une sixième saison d’affilée parmi l’élite et permettra à son successeur de guider les siens pour une septième, et peut-être plus. Mais ce qui compte par dessus tout, Stéphane Moulin le dit, les yeux humides : « Je suis toujours un amoureux de ce club et je le resterai, je crois, à jamais ».

Petit format Article
 

articles

recommandés

La Fête du Vélo revient d’Angers à Liré

« Il n’y a pas de vérité dans le sport. Ce sont les qualités mentales qui font la différence »

« Elle-timate », le frisbee se conjugue au féminin