7 novembre 2021

Quatre Angevins à l’assaut de la Sea to Peak

#Association. Pour la première fois dans l’histoire de l’appel à projets sportifs, le jury a sélectionné un lauréat dans la catégorie Aventure. Quatre copains, Martin, Baptiste, Florian et Blaise, réunis au sein de l’association Outventure, se préparent pour un défi fou en juillet 2022: la « Sea to Peak », une course de bikepacking à travers la France. Objectif: parcourir 2000 km en 15 jours maximum. 

Par Charles Dubré-Beduneau
Photos : Théo Bariller-Krine & Franck Potvin

Ils l’avouent volontiers eux-mêmes avec un large sourire, ils sont « un peu tarés ». Pratiquants le cyclo-cross depuis tous jeunes, les frangins Martin et Baptiste Delhumeau se sont mis depuis quelques années aux « ultras », ces courses longues distances de plusieurs centaines de kilomètres, qu’ils font à pied ou à vélo. « On aime partir à l’aventure et on est toujours en recherche de nouveaux défis pour se dépasser. On a beaucoup trop d’idées à la seconde ! », rigolent les deux frères, licenciés au Sco cyclisme et qui ont créé un club de course à pied à Saumur, leur ville natale. Ils partagent régulièrement leurs sorties sur Instagram. Pendant le premier confinement, ils décident de créer leur association, qu’ils baptisent Outventure. « On est avant tout un groupe de potes passionnés d’activité de pleine nature qui veut montrer que les épreuves longues distances, que ce soit à pied, à vélo, en canoë… ce n’est pas que de la compète, on peut aussi se faire plaisir. On a pas mal d’idées d’événements qu’on aimerait organiser ou de défis plus ou moins fous qu’on rêverait de relever. »

Le tracé de la Gravel of Legend, c’était eux
Avec leurs compères cyclistes Florian Gallard et Blaise Fréhel, Martin et Baptiste ont été sollicités pour tracer le parcours de la Gravel of Legend (plus de 300 km entre Arromanches et Angers), dans le cadre de la première édition du festival Nature is bike qui a eu lieu en juin dernier à Angers. « Le gravel, qui est à la mode aujourd’hui, s’inspire en réalité énormément du cyclo-cross. Seuls les pneus changent. Ce qui est sympa c’est le côté hybride, de pouvoir rouler à la fois sur route et sur les chemins, dans toutes les conditions », décrypte Baptiste, salarié dans un magasin de cycle angevin. Ces dernières années, les épreuves de gravel longue distance (environ 2 000 km) en totale autonomie (bikepacking) se multiplient un peu partout en France. Il y a par exemple la « Gravel Tro Breizh » (tour de Bretagne) ou la « French divide » (de Lille à Marseille).

De la pointe bretonne au sommet des Alpes, via l’Anjou
Martin, Baptiste, Florian et Blaise ont eux décidé de s’attaquer à la « Sea to Peak« , dont la deuxième édition aura lieu du 17 au 31 juillet 2022: ils devront rallier Brest à Briançon, soit plus de 2 000 km et 35 000 m de dénivelé positif, sans assistance et en maximum 15 jours. « L’idée de traverser la France en diagonale et de voir des paysages très différents nous plait beaucoup. Mais ce ne sera pas du tourisme ! On s’attend à un défi physique extrême mais aussi à vivre une aventure humaine unique. C’est une épreuve individuelle mais c’est plus motivant de le faire entre amis, notamment pour la préparation. On n’a jamais fait une telle distance, sauf Blaise, « le plus taré de la bande », qui a déjà participé à la « Gravel Tro Breizh » et qui peut nous faire bénéficier de son expérience. C’est aussi une sacrée logistique. Le choix du matériel, que ce soit le vélo et de quoi réparer des problèmes mécaniques bien sûr, mais aussi les vêtements (l’arrivée se faisant en altitude), la nourriture et de quoi dormir, sera hyper important. Il faudra voyager le plus léger possible mais ne rien négliger », souligne Martin.

Bivouac… et quelques nuits chez l’habitant ?
Les participants devront suivre un tracé GPS prédéfini et passer quatre checkpoints sur le parcours. Nos quatre aventuriers passeront près d’Angers, sans doute vers Chalonnes-sur-Loire. S’ils seront probablement en mode bivouac pour la majorité de la course, le règlement n’interdit pas les nuits à l’improviste chez l’habitant. « Il y a aura sûrement des régions plus accueillantes que d’autres… Mais si c’est sur notre route, ça peut permettre de mieux récupérer, surtout après les cinq-six premiers jours: une bonne douche, un vrai repas et une bonne nuit de sommeil avant de réattaquer le lendemain », note Florian.

La préparation a déjà commencé: Martin et Baptiste ont récemment participé au Roc d’Azur, la plus grande course de VTT au monde (20 000 participants), l’équivalent de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc version vélo. « On fera des compétitions de cyclo-cross tout l’hiver et on se testera sur des longs week-ends. Et peut être aussi sur une course de 100 km de VTT dans l’Aveyron en avril. » Les quatre Dalleux n’ont qu’un objectif en tête: arriver au bout de cette course folle dans les 15 jours impartis, sans doute à bout de forces, mais avec toujours avec le sourire.

Petit format Article
 

articles

recommandés

Georges Ory réussit son retour sur le ring de Jean Bouin

Les fresques connectées de Vincent Godard

Le Défi 24h de retour à l’étang Saint-Nicolas