2 décembre 2021

Les fresques connectées de Vincent Godard

#SportEntreprendre. L’entrepreneur angevin Vincent Godard, patron de l’agence de voyage  Globésens, a profité du premier confinement et de l’arrêt de son activité pour lancer Fresk Event: un concept innovant de fresques connectées sur diverses thématiques, dont le sport, qui peuvent être installées dans des espaces publics d’attente ou utilisées par les entreprises pour une communication décalée. 

Par Charles Dubré-Beduneau
Photos: Franck Potvin et Fresk Event

La pandémie que nous traversons depuis un an et demi a poussé certains professionnels à se réinventer. C’est le cas de Vincent Godard. Spécialisé dans le tourisme depuis plus de quinze ans, il a fondé en 2016 Globésens, une agence basée à Beaucouzé qui propose des voyages d’entreprises, notamment pour des événements sportifs (matchs de Ligue des Champions, du tournoi des Six Nations…) ou encore des voyages apprenants (le tour du Mont-Blanc pour tester différentes méthodes de management). Comme beaucoup, il a vu son activité s’arrêter brutalement au moment du premier confinement. « Le projet de fresques connectées mûrissait depuis déjà quelques années. Je me suis retrouvé avec pas mal de temps devant moi et en discutant avec des collègues d’entreprises voisines, experts dans la communication (Kominov, Welko), je me suis rendu compte que le marketing d’attente était encore très peu exploité par les marques. Or, on est 40% fois plus réceptif à un message lorsqu’on se trouve dans une situation d’attente. D’où l’idée de proposer des fresques interactives avec des contenus personnalisables et adaptés aux smartphones, donc totalement Covid compatible », explique le fondateur de Fresk Event.

Des toiles aux graphismes soignés 

Le support, ce sont d’abord de belles toiles, avec des graphismes soignés. La fresque la plus imposante regroupe pas moins de 50 références à des légendes et grands événements du sport mondial sur cinq mètres de long et près de deux mètres de haut. « Je ne voulais pas d’un écran qui se serait perdu dans la masse. Dès le début j’ai voulu associer quelque chose de physique, de palpable, de théâtralisé, proche du street art, et le digital », souligne le trentenaire angevin. Il suffit de scanner un QR code pour lancer l’expérience. « Les participants peuvent par exemple se défier pour retrouver un maximum de références cachées dans la fresque en un minimum de temps ou répondre aux questions d’un quiz dont les réponses se trouvent dans la fresque. Grâce à la technologie NFC, on a intégré des puces à plusieurs endroits et lorsque que vous passez votre smartphone dessus vous accédez à des contenus supplémentaires (jeux, vidéos…). » 

Selfies avec Amandine Brossier ou Claire Supiot grâce à la réalité augmentée
D’autres fresques, plus petites, abordent différentes thématiques comme le cinéma (avec la reconstitution d’une scène de tournage), la musique, l’océan et la protection de l’environnement, Halloween, Noël… mais aussi bientôt l’espace et la ville d’Angers. Bref, les possibilités semblent infinies. « Nous avons réalisé une fresque sur le thème de la mafia, dans laquelle nous avons caché des codes et qui a servi pour un escape game géant avec l’agence Sibylline Escapade. Nous travaillons les scénarios en amont et plusieurs systèmes de récompenses sont possibles (tirage au sort, top score…), notamment grâce à la réalité augmentée qui permet de faire des selfies avec des championnes comme Amandine Brossier ou Claire Supiot par exemple, puis de les partager sur les réseaux sociaux. »

Nécessitant très peu de logistique, ces fresques connectées peuvent être installées à peu près n’importe où: lors de soirées d’entreprises ou d’associations, pour des team building, dans des salons professionnels, mais aussi dans des lieux publics avec beaucoup de passage comme des gares, des aéroports, des centres commerciaux ou des stades. Fresk Event proposera d’ailleurs plusieurs jeux-concours avant et pendant l’Open P2i à l’Arena Loire de Trélazé du 6 au 12 décembre.

 

Bientôt une fresque La Dalle Angevine ?
Le créatif Vincent Godard voit loin. D’ici les Jeux Olympiques de Paris 2024, il aimerait travailler avec les villes labellisées « Terre de Jeux » pour donner de la visibilité et aider certains athlètes, comme les lauréats de notre appel à projets sportifs. « La réalité augmentée est un formidable outil qui permet aux athlètes de décupler leur image sans avoir besoin d’être présent sur l’événement et en même temps ils bénéficient de retombées financières grâce au droit à l’image. » On imagine déjà une fresque avec la Team Angers Sport ou mieux encore, avec #LaDalleAngevine !

Petit format Article
 

articles

recommandés

Le bad’ ou l’éloge de la mixité

Gambardella : Beaucouzé sort la tête haute

L’IceParc, théâtre de la nouvelle ferveur angevine ?