15 mai 2022

Avrillé capitale régionale de l’escalade

#JourDeMatch. La salle Marie Paradis d’Avrillé et son beau mur d’escalade de onze mètres accueillaient tout le week-end les championnats régionaux d’escalade de difficulté. Compte rendu.

Texte : Valentin Deudon
Photos : Théo Bariller-Krine

On va finir par les croire ceux qui affirment que chaque sport est une danse. On a beau fréquenter tous les week-end quantité de stades et de gymnases, on ne trouve pas d’exception. Regardez l’escalade : ces corps en suspension qui sans cesse se plient et se déplient, inventant à chaque seconde des figures inédites, se traçant au prix d’efforts constants un chemin au milieu des obstacles, avec l’espoir d’atteindre le sommet de cette voie qui les obsède… Chaque tentative n’est rien d’autre qu’une chorégraphie unique, imprévisible et somptueuse. Mais reconnaissons que grimper de la sorte est également un défi personnel immense pour celles et ceux qui osent se lancer vers le haut, encordés et assurés certes, mais bravant tout de même le vide, un vertige, leurs peurs.

Un week-end dédié à l’épreuve de difficulté : grimper le plus haut possible sur des voies tout juste découvertes

Et ils étaient nombreux à s’aventurer ainsi tout le week-end à Avrillé, dans cette salle Marie Paradis flambant neuve qui possède un des plus beaux murs d’escalade du pays, avec ses couleurs vives et ses onze mètres de haut qui font la fierté du président de l’ASA, Pierre Bétil, et des presque 500 licenciés du club, le premier des Pays de la Loire en termes d’effectif. Ce dernier accueillait en effet samedi et dimanche le championnat régional d’escalade dit «de difficulté».
La règle du concours ? Grimper le plus haut possible, sur trois voies différentes lors des qualifications, sur une autre en demi-finale, puis sur une dernière pour les heureux finalistes.


La singularité de cette compétition ? Les athlètes découvrent la voie installée par les «ouvreurs» juste avant de la grimper. Ils n’ont donc que quelques minutes au sol pour l’observer et imaginer comment transformer ses prises en alliées, comment déjouer ses pièges, comment la vaincre. Ils se rêvent un parcours idéal avant de se confronter, sur un seul essai, à la réalité, avant d’échouer ou de réussir. En finale, les autres concurrents doivent même s’isoler pendant que l’un d’entre eux effectue son passage, pour ne pas qu’ils s’inspirent de ses options.
En jeu ce week-end ? Dans chaque catégorie, le titre de champion régional ! Mais aussi la qualification, réservée généralement aux deux ou trois premiers de chaque catégorie d’âge, pour un challenge encore plus grand, les championnats de France, qui auront lieu au mois de juin.

Samedi ce sont les U18 et U20, filles et garçons, qui ont occupé les parois abruptes du mur. Dimanche place aux U16, aux seniors et même aux vétérans, ceux qui se battent non plus contre des adversaires ni contre eux-mêmes, mais contre ce temps qui passe un peu trop vite à leur goût…
Jeunes et moins jeunes étaient donc venus des nombreux clubs de la région. ASPTT Nantes, les Voies Salées de Saint-Molf, les Chamois de Montaigu, AESM Cholet, Escalade Loire Layon ou encore les Vertigo de Gorron ; on croisait un peu de tout dans le dos des équipements des participantes et participants. Leurs shorts et leurs maillots souvent tâchés ici et là de magnésie, cette poudre blanche qui repose dans un petit sac accroché à leur dos et dont ils s’enduisent les mains une fois en l’air afin de mieux accrocher leurs prises.

Quentin Daiguson, licencié à l’ASA Avrillé, vainqueur en U20 !

Quant aux résultats finaux, les podiums et autres classements, ils sont disponibles sur le lien ici présent, via la page Facebook de la Ligue régionale. Alors promettez d’aller voir leurs noms et leurs visages à ces championnes et champions de l’incertain qui ont joué leur risque tout le week-end. Honneur aux hôtes néanmoins, à ce club local qui s’est tant démené pour assurer l’accueil et l’organisation, puisque nous citerons ici le patronyme de Daiguson, représenté par Maxime et son grand frère Quentin, tous deux licenciés à l’ASA Avrillé. Le premier a terminé troisième du concours U18, tandis que l’aîné s’est imposé chez les U20, en étant le seul à aller au bout des cinq voies proposées. Et il a même fini troisième en senior, confirmant son statut d’espoir local de l’escalade. Déjà vice-champion de France dans l’épreuve de vitesse mi-février, il représentera le plus haut possible le sport angevin aux championnats de France de difficulté les 11 et 12 juin prochains en Ardèche !

Petit format Article
 

articles

recommandés

Michael Nana, un danseur-footballeur à Angers

Josselin Clair : « Photographe de sport, une profession à part »

Des nouvelles de nos lauréats 2021 !