4 décembre 2020

Au collège Claude Debussy, le sport comme vecteur d’intégration

#LesIndispensables. Proposée depuis plusieurs années aux élèves de 4e du collège Claude Debussy, dans le quartier de Monplaisir, l’option « Sport, Santé, Sécurité, Solidarité » offre l’opportunité à une quinzaine d’adolescents volontaires de découvrir différents sports en lien avec les clubs locaux. Au-delà de l’effort physique, ces activités permettent aux participants de (re)prendre confiance en eux et de s’intégrer autrement. 

Par Charles DUBRÉ-BEDUNEAU
Photos: Théo BARILLER-KRINE

En ce premier jeudi après-midi de décembre, direction la salle du Club Alpin Français Anjou, rue Guérin. 17 élèves de 4e du collège Claude Debussy s’apprêtent à être initiés, évidemment masqués, pendant une heure aux rudiments de l’escalade. « Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce sont les pieds qui font tout le travail et qui permettent de se faire moins mal aux bras. Il est donc essentiel de commencer par apprendre à bien placer ses jambes et ses pieds pour être bien équilibré », explique Loïc Boutin, salarié du club, au pied des murs de prises multicolores de plusieurs mètres de haut. Par binômes, en veillant les uns sur les autres, les adolescents tentent de mettre en applications les consignes en testant différents postures à seulement quelques centimètres du sol.

Ouverture culturelle, remotivation, valorisation, intégration

Ces collégiens ont choisi l’option « Sport, Santé, Sécurité, Solidarité », qui leur offre deux heures de sport en plus des trois heures hebdomadaires obligatoires. Après avoir pédalé aux guidons de VTT en début d’année, ils vont apprendre à grimper et assurer leurs camarades jusqu’en février, avant de finir par la découverte de l’aviron. « Les objectifs de cette option sont multiples: permettre aux élèves de s’épanouir autrement en les initiant à des sports auxquels ils n’auraient pas eu accès autrement, mais aussi développer l’entraide, la prise d’initiative, la confiance en soi et apprendre à faire confiance aux autres, gérer son stress… C’est important, surtout en cette période anxiogène. Ça permet aussi de remotiver des décrocheurs, de valoriser d’autres en retrait ou encore d’intégrer des élèves qui sont arrivés en France récemment et qui peuvent rencontrer des difficultés en classe », souligne Julien Valdenaire, leur professeur d’EPS.


Collège labellisé « Génération 2024 »
D’année en année, le succès de cette option ne se dément pas mais le nombre de places est limité. Grâce au label « Génération 2024 », le collège a noué des partenariats avec des clubs angevins comme les Hawks (roller hockey) ou les Loups (tennis de table). L’établissement participe aussi à divers événements en lien avec le sport, comme la journée départementale du sport partagé ou la Semaine Olympique, lors de laquelle nos lauréats et membres de la Team Angers Sport Amandine Brossier (athlétisme) et Matéo Bohéas (tennis de table handisport) étaient allés à la rencontre des collégiens l’an dernier. Enfin, il y a la journée de formation aux gestes de premiers secours (malheureusement annulée cette année), plébiscitée par les élèves. « Ils sont vraiment demandeurs de tous ces moments. J’espère que la situation va s’améliorer pour nous permettre d’en organiser d’autres au printemps », confie Julien Valdenaire.

« Ça fait mal aux pieds ! »

À la fin de la séance, tous semblent avoir apprécié. « C’est physique ! », lâche Simon, qui n’avait jamais touché de prise. « C’est original, ça change des sports qu’on fait d’habitude », ajoute son copain Soheyb. Un peu plus loin, Lou et Lilou, pensent déjà à la deuxième séance. « On aime grimper partout donc on a hâte d’aller plus haut avec la corde. L’escalade c’est amusant, ça permet de se défouler, de se vider la tête. » Seule critique: les chaussons d’escalade, qu’il faut choisir en dessous de sa pointure de chaussure car les orteils doivent être recroquevillés à la pointe, « ça fait mal aux pieds ! ».

 

Petit format Article
 

articles

recommandés

#MaDalleAngevine par Titouan Le Meignen

Votre week-end de sport à Angers

#MaDalleAngevine par Marie Rivereau