17 juin 2018

Lettre de Dalleux à Valentin

#L’Indispensable. Chez #LaDalleAngevine, nous alignons aussi des Indispensables dans notre composition d’équipe. Valentin Deudon en fait partie. Pendant trois ans, il fut une pièce maîtresse de notre système. Aujourd’hui, il se lance dans une nouvelle aventure.

Par l’équipe de Dalleux

« Ma bibliothèque… Je me suis construit en tant qu’homme à la bâtir. Elle dit qui je suis, mieux qu’un miroir ». Ces mots, tirés de l’anthologie Les fous de livres de l’auteur Jean Florensac, raisonnent parfaitement à l’évocation de Valentin Deudon. Les lecteurs et lectrices assidu(e)s de ladalleangevine.com connaissent assurément ce nom. Au moins une fois, vous avez lu ses mots toujours bien choisis, bien sentis, qui sont sans doute le fruit de son amour pour la littérature.

Dans sa bibliothèque à lui se cache un énorme bouquin, qui recouvre plusieurs chapitres de vie. L’un d’entre eux s’est ouvert en 2015 lorsqu’il a commencé à collaborer avec ses copains Olivier Auriac, Charles Diers et David Humeau à Angers.

L’amour du sport, des rencontres et de la découverte

Diplômé de l’école Nationale de Chimie de Lille, Valentin se tourne rapidement vers la communication sportive. Une fois ses études terminées, il quitte « sa Côte d’Opale », comme il aime l’appeler, et commence un long voyage qui l’amènera de Monaco à Amiens, en passant par Strasbourg et Paris notamment. Avant de se laisser tenter par la douceur angevine.

Participer à la construction d’une association est un projet qui le motive. D’autant qu’il associe le sport – sa passion – à une ville et des valeurs. Son nom, #LaDalleAngevine, est un parfait condensé de tous ces ingrédients. Très vite, le garçon prend son rôle à cœur et s’investit à fond. Aux côtés de ses trois compères, il apporte sa vision, ses idées et son savoir-faire, qu’il a forgé au gré de ses nombreuses expériences.

Son truc, c’est l’écriture. D’ailleurs, lorsqu’il pose ses bagages sur les bords de Maine, Valentin travaille toujours pour un magazine footballistique, en tant que responsable communication et rédacteur. C’est donc naturellement qu’il prend en charge le volet éditorial de l’association.

L’incarnation du message porté par La Dalle Angevine

Le concept est simple : fédérer les Angevin(e)s par le sport. Mettre en lumière les clubs, les professionnel(le)s, mais aussi les amateurs, les bénévoles et tous ceux qui gravitent autour du panorama sportif de la ville. Et pour y parvenir, quoi de mieux que de raconter le sport angevin ? C’est peut-être ce que les quatre co-fondateurs de #LaDalleAngevine se sont dit, lorsqu’ils ont ouvert le site internet, quelques mois après la création des réseaux sociaux dont Valentin gérait la création des contenus. A partir de là, « Val » est l’homme de la situation. Il soude une équipe d’une dizaine de rédacteurs et rédactrices qui mettent en prose l’activité sportive angevine au quotidien, sublimée par les photos de Franck Potvin. Tel un fin tacticien, aussi inspirant que sa fascination pour les grands coachs, Valentin met en musique une partition collective bien huilée, et qui fait mouche ! Le tout avec un professionnalisme teinté de passion, d’humour et surtout d’envie, ou plutôt de Dalle. Du Pep Guardiola, en fait.

Comment ne pas évoquer son engagement auprès des jeunes de son club de NDC Angers, lauréat de l’appel à projets sportifs de l’asso en 2017 ? Ou encore sa disponibilité envers les étudiants de l’UCO, avec qui il a monté un projet ? Tous ces exemples sont la parfaite illustration des valeurs humaines qui transpirent de quelqu’un « qui n’aurait pas du tout aimé être célèbre », selon ses propres mots.

Aujourd’hui, Valentin remonte non loin de sa terre natale pour un nouveau challenge et ainsi écrire un nouveau chapitre de son livre. Avec un coin d’Anjou dans la tête et la Dalle dans le sang, pour toujours.

Petit format Article
 

articles

recommandés

IMG_6680

Votre week-end sport à Angers

45893011_2161442190573507_806922864841195520_n

La patinoire du Haras fête son dernier anniversaire

Drawu3GWkAAvgcg.jpg-large

Perrine Rosala-Humeau et Sébastien Château, champions du week-end